• L'heure est au déballage pour les uns (sur la place publique), peut-être à l'emballage et à la planque, pour quelques autres.

    Le peuple va enfin savoir ce qui se trame derrière les façades, derrière les portes et les vantaux des chaumières et des hôtels particuliers des gouvernants.

     

    J'ai 2 voitures bien usées (je n'ai même pas profité des jupettes)...

    j'ai un âne du poitou et un percheron pour tirer ma vieille cariole...

    j'ai 2 504 euros sur mon compte en banque (en France), j'ai.ci, j'ai ça...dans mon contrat de mariage...

     

    Oh, la catastrophe!!! Ils sont moins riches qu'on ne le pensait !!!

    Ils vont être capables de voter un nouvel impôt de solidarité ou de nous faire recoller la vignette sur nos voitures neuves pour ... les payer nos chers Ministres, Députés, Sénateurs.......


    votre commentaire
  • La crise, la crise, toujours la crise, rien que la crise...Rien que la crise, avec ses fioritures et ses petites manies.

    La crise est là comme un rhumastisme qui bloque le corps et fait craindre les raideurs après les gestes difficiles.

    Elle crisse sous nos pas, collante comme une terre de fange, aigüe comme un silex tranchant, brillante au dehors et noire au coeur.

    La crise nous accompagne comme une ombre, comme un double, comme notre contre-humanité.

     

    Nous sommes l'ombre de nous-mêmes, la crise est passée devant nous....Elle se détourne, un léger sourire, et nous regarde, hautaine...

    "je suis devant et je vous trace une route vers les rigueurs de l'hiver"

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique